Pour nous écrire,

cliquez sur l'hermine

Disparition de Per Denez,
défenseur du Breton et ami de l'Espéranto

Per Denez est décédé le 30 juillet 2011 à Romillé (35), près de Rennes à l'âge de 90 ans. Écrivain, linguiste et professeur d'Université, il était une figure symbolique de la renaissance du mouvement culturel breton et un ardent défenseur de la langue bretonne. Il avait conçu une méthode d'apprentissage du breton « Brezhoneg buan hag aes » (Le Breton vite et facilement). Son combat pour la défense de la langue bretonne au sein de l'université débouchera, notamment, sur la création d'une licence de breton en 1981 puis d'un Capes et d'un Deug. Per Denez fut également président du Conseil scientifique et d'animation de l'Institut culturel de Bretagne, président du Conseil culturel de Bretagne et président de la fédération des associations de langue bretonne, Kuzul ar Brezhoneg.

Mais Per Denez avait aussi appris l'Espéranto, dont il avait saisi la valeur universelle, et avait créé une chaire d'espéranto au sein de l'Université de Rennes 2, lorsqu'il y dirigeait le département d'Études celtiques.

Ouest-France a publié la réaction de Josette Ducloyer, vice-présidente de la Fédération Espéranto Bretagne : « Je voudrais rendre hommage non seulement au militant breton, mais également à l'homme ouvert à toutes les cultures. [...] Il m'avait expliqué qu'il avait appris l'espéranto afin d'avoir accès à des ouvrages de la littérature polonaise et ouzbek non traduits en français et disponibles dans cette langue. Lorsqu'il dirigeait le département d'études celtiques de l'Université de Rennes 2, il mit en place un cours d'espéranto, qui fonctionna plusieurs années. Dans la revue Hor Yezh, il fit paraître régulièrement des articles sur l'espéranto. Enfin, faisant suite au cours d'espéranto en langue bretonne de Merwen Runpaot, "Komprenit an esperanteg", édité en 1993, la méthode de breton de Pêr Denez, "Brezonheg buan hag aes", a fait l'objet d'une traduction en espéranto éditée par Hor Yez en 1997 : "La bretona lingvo rapide kaj facile". »

L'agence de presse APB a publié le 08/08/2011 un communiqué de Daniel Houguet, porte parole de IKEL (Internacia Komitato por Etnaj Liberecoj = Comité International pour les Libertés Ethniques) organisation qui plaide pour les droits des minorités ethniques à travers le Monde et prône l'usage de la langue internationale espéranto dans toutes les relations inter-ethniques.

Sources : « Le Télégramme », « Ouest-France », Wikipedia, APB